Votre navigateur ne supporte pas JavaScript et vous n'avez pas accès à toutes les fonctionnalités du site.
Veuillez vérifier que JavaScript est bien activé sur votre navigateur.

FC Ellezelles

Les «Sorcières» ont enfin brisé la malédiction des penalties

Après quatre défaites de suite, Ellezelles a retrouvé des couleurs en P3A. Les hommes d’Yves Moreau ont empoché un point précieux face à Esplechin. Menés, ils ont égalisé sur penalty. Un but classique pour la plupart des équipes mais pas pour les Ellezellois qui restaient sur cinq penalties loupés.

Est-ce une intervention divine qui a permis à Ellezelles d’enfin inscrire un penalty ? Rien n’a été confirmé mais certains supporters étaient prêts à aller brûler des cierges pour briser la série noire. « Avant que Khamlich ne s’apprête à tirer, un de nos plus fidèles supporters m’a dit qu’il allait faire un pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle si nous rations encore ce penalty », raconte Yves Moreau, coach des promus. « Il prenait de gros risques mais au final, il ne devra pas aller jusqu’en Espagne. »

Sept points perdus

La malédiction des penalties loupés remontait déjà à plusieurs semaines. « Il y a eu de tout : des frappes loupées hors cadre mais aussi des arrêts du gardien. Notre tireur numéro 1 était Julien Gortz mais après deux ratés, il a passé le relais à Steven Visée. Ce dernier, qui n’avait jamais raté un penalty dans sa carrière, en a loupé deux de suite… » Le problème était évidemment psychologique. « Tout le monde est capable de mettre au fond un penalty, même notre président de 65 ans. Mais avec la pression qui s’installait, vu en plus notre place au classement, il y avait beaucoup de tension pour le tireur. Nous avons essayé de régler ce problème en tirant des penalties à l’entraînement. Il y avait des gages pour les perdants mais rien ne remplace la tension d’un match. » Mais avant d’enfin briser la malédiction, Ellezelles avait déjà obtenu un penalty quelques minutes plus tôt contre Esplechin. « Adrien Vander Linden a pris ses responsabilités mais ça a aussi été un échec. Nous avons ensuite fait confiance à Ayoub Khamlich. Ça fait des semaines qu’il nous disait qu’il mettrait au fond son penalty. Il ne s’est pas trompé et a pris à contre-pied le gardien adverse. » Yves Moreau a fait ses comptes. Ellezelles a laissé s’envoler sept points suite à ces cinq penalties ratés. Des unités qui pourraient s’avérer décisives dans la course pour le maintien.

En savoir plus sur l'auteur

JEUNIEAUX Johnny

Cellule des jeunes (Site Internet /Facebook)Staff (U11)