Votre navigateur ne supporte pas JavaScript et vous n'avez pas accès à toutes les fonctionnalités du site.
Veuillez vérifier que JavaScript est bien activé sur votre navigateur.

FC Ellezelles

«Grosse force de caractère»

Ellezelles a perdu ses premiers points dimanche dernier au Pays Blanc B mais ce partage doit être vu comme un succès selon Julien Görtz: «Ce 3-3 est une belle victoire!

On était encore mené de deux buts à la 85e. Puis, de façon incompréhensible, le Pays Blanc a lâché prise et on en a profité pour revenir à sa hauteur malgré un synthétique sur lequel on a eu du mal à trouver nos marques. L’adversaire posait le ballon, nous faisait courir. À chaque fois qu’on le récupérait, on le perdait trop vite. C’était compliqué, de sorte qu’à 2-0 puis 3-1, j’ai cru que c’était cuit.» Mais ses adversaires le découvriront, Ellezelles, c’est une grosse force mentale: «Une marque de fabrique! Déjà à Bléharies, on a fait passer le score de 2-0 à 2-3! Ici, on remonte deux buts en fin de match. Pas un hasard. C’est le travail d’un collectif qu’a su souder Yves Moreau avec l’apport de plus expérimentés tels que Jérôme Defrançois, Étienne Van Quickelberghe et les Carton-Delcourt. Ils encadrent à la perfection les plus jeunes.»

Un noyau cohérent qui visera quoi? «On a notre place dans le milieu de tableau: 7e ou 8e pour un montant, ce serait déjà très bon. Après, si on peut abattre nos cartes pour le tour final, pourquoi pas! Mais ce n’est pas l’objectif premier.» D’une équipe au sujet de laquelle les «mauvaises langues» disent que le calendrier de début de saison – un Escanaffles qui a eu des soucis internes, un Bléharies qui rate souvent ses débuts, un Taintignies qui a changé de coach! – explique le bilan: «Des mauvaises langues comme vous dites! Je les invite à affronter le Pays Blanc B qui ne restera pas dans le bas de tableau.»