Votre navigateur ne supporte pas JavaScript et vous n'avez pas accès à toutes les fonctionnalités du site.
Veuillez vérifier que JavaScript est bien activé sur votre navigateur.

FC Ellezelles

Le sens du but, c’est dans les gênes pour Julien Görtz

Avec ses neuf goals marqués, Julien est actuellement dans un fauteuil confortable au sommet du classement des buteurs.ÉdA – Loïc Defoort

Qui s’est mis en évidence lors du dernier week-end? Le portrait de la semaine nous amène à Ellezelles, en P3A, où évolue Julien Görtz.

Trois victoires et un partage: le début de saison d’Ellezelles est une sacrée réussite! On s’attendait à voir les promus du FC Tournai B et Luingne jouer les premiers rôles mais un troisième champion sortant de la P4 vient un peu brouiller les cartes. D’un coup de baguette magique, les «Sorciers» d’Yves Moreau ont réussi la transition vers le troisième échelon provincial. On leur présidait un petit temps d’adaptation face à Escanaffles mais résultat des courses: 6-0! On les voyait s’incliner à Bléharies pour la première à l’extérieur: succès 2-3! On se disait que la machine allait caler contre Taintignies: nouveau score tennistique 6-3! On affirmait que les «Bleus» allaient subir le réveil du Pays Blanc B: partage 3-3! Pour un 10 sur 12 qui marque les esprits. Un bilan marqué par un total impressionnant de buts inscrits: 18! La moitié prise en charge par le seul Julien Görtz.

Julien, quatre buts face à Escanaffles, un à Bléharies, trois contre Taintignies et encore un ce dernier dimanche à Antoing; expliquez-nous cette réussite…

Je suis dans une excellente spirale. Avec, je dois l’avouer, des buts qui sont la conséquence de véritables caviars de la part de mes équipiers. Je ne dis pas que je n’ai plus qu’à pousser le ballon au fond des filets mais pas loin! La confiance est là, la réussite aussi, c’est juste ça!

D’accord mais la réussite, elle ne vient jamais toute seule, comme par magie; il faut la provoquer…

C’est certain et je crois que ça vient du fait que je me sens juste bien. Physiquement, j’ai de bonnes jambes depuis le début du championnat. La préparation a été excellente grâce au travail mis en place par Yves. Notre coach veille à ce que l’on bosse physiquement sans que l’on s’en rende vraiment compte avec toujours des exercices avec ballon. On touche un maximum la balle, ce qui facilite tout une fois en match. Et puis, il y a l’environnement de travail qui est formidable. On est bien à Ellezelles. Tout vient naturellement! Mes buts y compris. J’ai l’impression d’être dans la même réussite que celle que mon frère Mathias a pu connaître ces dernières saisons, notamment à Meslin. Je suis souvent allé le voir. J’ai regardé comment il s’y prenait pour marquer si facilement. Et peut-être que ça porte ses fruits aujourd’hui pour moi!

Nous y voilà! Le sens du but, c’est de famille en fait…

À croire que c’est dans nos gênes, effectivement! Pourtant, beaucoup ne le savent sans doute pas mais quand on a commencé le football, rien ne nous prédestinait à marquer des buts car aussi bien Mathias que moi avons évolué comme défenseurs. On est devenu attaquant sur un tard. Moi encore plus car entre les deux, j’ai joué sur le flanc.

Vous profitez de l’absence de votre frère pour vous faire remarquer…

Exactement! Je profite de son périple en Nouvelle-Zélande pour me faire un prénom. Le nom de famille Görtz était vite associé au prénom Mathias. Peut-être que désormais, on l’associera également plus facilement à Julien. Entre nous, on a toujours eu ce petit challenge de celui qui marquerait le plus de goals. Pour une fois, ce sera moi cette saison!

On a vite fait une règle de trois: neuf buts après quatre matches, à ce rythme-là, ça peut donner 68 après 30 journées…

Un de mes équipiers m’avait dit après mes quatre buts face à Escanaffles: «Continue ainsi toute la saison et tu arriveras à 100!» Pour l’heure, je marque à tous les matches, ce n’est déjà pas si mal! Si je peux continuer ainsi, je signe direct.