Votre navigateur ne supporte pas JavaScript et vous n'avez pas accès à toutes les fonctionnalités du site.
Veuillez vérifier que JavaScript est bien activé sur votre navigateur.

FC Ellezelles

Parents fair-play: contrecarrer le phénomène des parents agressifs aux bords de nos terrains

OCIÉTÉLe projet Parents fair-play a pour but de responsabiliser les parents autour des stades à Bruxelles et en Wallonie.

Lancé en septembre 2015, le projet Parents fair-play a depuis connu une belle ascension sur les terrains de football. Le concept ? "L’intention est de faire attention à ce qui se passe au bord des terrains après avoir constaté des actes violents au niveau physique et verbal, le but est donc de les réguler et les diminuer", explique Antoine Rustin, chargé de projets sociaux à l’ACFF (Association des clubs francophones de football). "Concrètement, l’objectif est de faire en sorte que par équipe de jeunes, il y ait un référent chez les parents qui porte un brassard. Son rôle sera ensuite de faire en sorte que tout se passe bien autour des terrains, l’arbitre se retrouve déchargé de certaines tâches qui ne sont pas forcément les siennes. Le parent fair-play donne le tempo, accueille les équipes adverses et le club en question est récompensé par un label."

Le rôle du parent fair-play est donc de déminer la situation quand on sent que les parents commencent à s’exciter, de calmer les choses de manière positive en disant, par exemple, que l’arbitre ne peut pas tout voir et que l’enfant ne l’a pas fait exprès dans son élan.

Si le projet concerne pour le moment le football, la Fédération de hockey s’est montrée intéressée, et l’objectif de l’ACFF est de toucher de plus en plus de clubs amateurs. "Lors de la saison pilote, il y avait 17 clubs et une centaine de parents concernée. Aujourd’hui, 150 clubs de Bruxelles et de Wallonie y participent, ce qui représente 1 500 parents. On constate que c’est de plus en plus populaire et que les faits de violence ont diminué. Les gens font beaucoup plus attention et notamment ceux qui vont jouer dans un club qui détient le label. L’ambiance est de suite plus apaisée."

Aujourd’hui, un club sur quatre possède le label à Bruxelles et en Région wallonne. Et cette année, l’ACFF pourra compter sur une trentaine de clubs en plus. "On veut compter sur plus de clubs et d’autres disciplines. Le parent a un rôle d’exemplarité pour l’enfant. Si on voit son père devenir fou au bord du terrain, cela donne automatiquement une mauvaise image. Cette pression est inutile et peut créer des problèmes psychologiques chez le jeune."

En savoir plus sur l'auteur

JEUNIEAUX Johnny

Cellule des jeunes (Site Internet /Facebook)Staff (U16 - U11)